Gestion d’un arrêt cardiaque dans un service de réanimation

Je voudrais vous faire partager une situation d’urgence récemment vécue en service. Il s’agit de la prise de charge d’un arrêt cardiaque. Voici les faits :

Ce soir là nous étions une équipe de 5 infirmières, 2 aides soignantes, un interne et un externe.  Il était aux alentours de minuit et nous nous apprêtions à aller voir nos patients respectifs afin de réaliser les deuxièmes tours de la nuit. Cependant notre attention avait été attirée par les alarmes du scope central qui indiquait une tension basse chez M. X , ainsi qu’un ralentissement plus qu’inquiétant de la fréquence cardiaque. Une collègue et moi sommes précipitamment entrées dans sa chambre. A la vue du patient comateux, ma collègue est sortie en courant  pour que l’on appel l’interne de garde, avoir du renfort  et a récupéré  le chariot d’urgence au passage.

Rapidement nous nous sommes retrouvées avec toutes les infirmières dans la chambre, l’interne et l’externe et une aide-soignante. Nous étions 8 à gérer un arrêt cardiaque !! C’est bien trop,  forcément dans ces conditions difficile de savoir qui fait quoi, la chambre (déjà petite) est encombrée inutilement.  Évidemment le patient a été sauvé mais nous avons toutes étés conscientes de notre manque d’organisation pour cette urgence même si au final les objectifs ont été atteints. L’infirmière la plus ancienne a proposé un débriefing  afin que l’on se remette en question et que cela ne se reproduise plus.

Voici ce qu’il en est sorti :

  1. Inutile de se précipiter toutes dans la chambre si déjà deux ou trois infirmières sont présentes à l’intérieur
  2. Chaque infirmière doit avoir un poste bien précis durant toute la gestion de l’urgence à savoir :
  • Une à la tête du patient pour la ventilation avec l’insufflateur manuel, aider le réanimateur  à l’intubation…
  • Une ou deux qui se relaient pour le massage cardiaque
  • Une pour préparer les drogues et les administrer

A l’extérieur :

  • Une infirmière au niveau du chariot d’urgence pour faire entrer les drogues dans la chambre
  • Une infirmière circulant dans le service pour surveiller les autres patients
  • Une aide soignante pour aller chercher le matériel que nous n’aurions pas à proximité, appeler la radio…

Bien sûr en théorie nous le savons toutes mais avec la panique il faut éviter de courir à droite et à gauche sans but précis, cela a été notre erreur.

Êtes-vous d’accord avec cette organisation, qu’est ce que l’on pourrait rajouter ou supprimer? Et vous, comment vous organisez-vous pour prendre en charge un arrêt cardiaque ? Avez-vous eu du mal à vous organisez à vos début, étiez-vous en panique ? Enfin si maintenant vous êtes une infirmière de réanimation  avertie, quels conseils pourriez-vous donner pour que cela se passe sans incident ?

A lire aussi:

A propos Mélissa
Diplômée de l'institut de formation en soins infirmiers de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe, promotion 007. J'ai débuté ma carrière au CHU de Pointe-à-Pitre il y a 6 ans. Depuis le mois de juillet 2009 je travaille dans l'une des réanimations chirurgicales d'un hôpital parisien.

Commentaires

  1. Thomas says:

    Ce que je propose pour épurer encore un peu plus :

    - L’infirmière de la chambre ne doit pas hésiter à se positionner TRES clairement, c’est ELLE qui décide de qui elle a besoin. Il faut un leader paramédical.
    - Faire masser les aide soignantes et l’externe (externe à qui on peut difficilement confier autre chose)
    - Le point ci-dessus permet de garder des IDE pour les tâches spécifiques

    Et comme tu l’as écrit, ne pas oublier les autres patients…

  2. Mélissa says:

    Bonjour Thomas,

    Effectivement c’est l’infirmière de la chambre qui doit se positionner et ne pas hésiter à la faire! Au début j’avais beaucoup de mal à la faire, c’est difficile de s’imposer quand on arrive dans un service (du moins c’est mon cas).
    Par contre je suis partagée quand tu dis que l’aide soignant peut difficilement faire autre chose que masser… Durant l’urgence il y a plein d’actes qui ne sont pas obligatoirement à faire réaliser par un IDE: appeler la radio, appeler le coursier, récupérer du matériel spécifique, techniquer un gaz du sang… OU tout simplement s’occuper d’évacuer les poubelles, remplacer la boîte à aiguille; ça parait bête mais on est plus efficace dans une chambre claire et propre. Il faut encore pour cela que l’aide soignant soit intéressé et compétent ce qui est quand bien souvent le cas. Et même s’il est important de les faire masser aussi, ils ont eux aussi un rôle important à jouer!

  3. Enphi says:

    J’ai trouvé cet article intéressant, diplomée depuis peu je viens de connaitre ma premiere RCP et j’avoue avoir été un peu perdue et paniquée sur l’organisation et la marche a suivre…
    ces conseils me seront surement precieux par la suite pr ne pas vivre aussi mal le décès d’un patient
    Merci

  4. Mélissa says:

    Bonjour Enphi,

    Tant mieux si mon article peut t’aider! avec l’expérience, tu arriveras de mieux en mieux à gérer le décès d’un patient. Même avec une RCP bien menée, on ne peut pas toujours garantir que ça va marcher!

Trackbacks

  1. [...] article fait suite à mon premier article sur les arrêts cardiaques en réanimation.  J’expliquais pourquoi il était il était important de bien s’organiser afin d’optimiser [...]

Donnez votre opinion

*